Le blog de ThinkInnovation

La candidature qui fait mouche

Vous cherchez du travail dans le Web : vous venez de terminer votre CV, vous mitraillez les agences de votre secteur de votre lettre de motivation, confiants, motivés. Quand soudain, votre candidature arrive dans ma boite mail... *musique angoissante*

Un billet publié le 20 mai 2014 par Marie-Cécile Paccard.

Personne n’est assez préparé à l’étape cruciale qui suit l’obtention d’un diplôme : l’entrée dans la vie active, et la science délicate qui permet de se vendre à une entreprise.

Jeunes diplômés, vous me direz : « mais comment voulez-vous que je me vende ? Je n’ai AUCUNE expérience ! Et en France, personne ne veut engager des gens sans expérience... »

Chez ThinkInnovation, nous n’avons pas de département « ressources humaines » : quand une candidature arrive nous l’analysons ensemble à la lumière de notre projet d’entreprise et de notre stratégie sur plusieurs années. Même si je suis designer, il m’arrive très souvent de recevoir et d’analyser des candidatures. Certaines sont surprenantes de maturité quand d’autres accumulent les petits écueils que je vais vous lister ci-après. Faites-y attention pour que votre première candidature fasse mouche !

Si vous ne devez retenir qu’un seul conseil, ce serait « soignez les moindres détails ». Apportez du soin au ciblage, à la réalisation et à la pertinence de votre candidature. Ce soin sera la première image que le recruteur aura de vous, et va en dire long sur votre personnalité : capacité à la relecture, recul sur ses propres compétences, manière de se présenter, goût à l’effort, respect de l’interlocuteur...

Les conseils qui suivent, glanés tout au long de ma vie active, peuvent vous y aider.

Renseignez-vous sur l’entreprise

Ce conseil peut paraître simpliste au premier abord mais ne vous y fiez pas car il y a peu de choses plus irritantes qu’une candidature qui tombe à côté. Il m’est notamment arrivé de voir entrer dans nos bureaux un jeune qui cherchait un poste en secrétariat. L’effort était louable mais notre petite équipe n’a ni les besoins ni les compétences pour former un jeune en alternance pour un Bac Pro secrétariat.

Il est vrai qu’en recherche d’emploi ou de stage, on a souvent tendance à arroser la terre entière de CV en pensant que « sur un malentendu, ça peut marcher ». Mais souvenez-vous que votre candidature sera d’autant plus appréciée qu’elle est adaptée à l’entreprise.

Adressez votre candidature à quelqu’un

Si possible, évitez d’envoyer votre candidature de but en blanc : auparavant, prenez contact par téléphone, par mail ou par Twitter. Annoncez votre souhait de postuler et, si possible, cherchez à obtenir le nom de la personne en charge de traiter votre candidature.

Ces quelques minutes prises sur votre temps de recherche peuvent faire toute la différence : non seulement vous aurez un premier contact humain avec l’entreprise (et constater si leur manière de communiquer vous plaît) mais vous montrerez à votre destinataire que vous soignez votre approche. Autre bénéfice, vous pourrez introduire plus facilement votre lettre de motivation : « Cher Monsieur Trucmuche, comme convenu ensemble au téléphone la semaine dernière je vous fais parvenir ma candidature spontanée au poste de... »

Ciblez votre CV

Je me souviens avec gêne de cette période difficile où, tout juste sortie de l’école, je savais tout faire —mais seulement en théorie. Je maîtrisais Flash (on était en 2004) mais je n’avais pas vraiment envie d’en faire mon métier. J’avais des rudiments de HTML mais était-ce ce vers quoi je voulais aller ? Même s’il est compliqué d’élaborer un CV consistant avec peu d’expérience, gardez cette clé en tête :

Si vous ne voulez pas être recruté(e) pour telle compétence, ne la mentionnez pas dans votre CV.

Vous aurez tout le loisir de parler de vos compétences supplémentaires lors d’un entretien, en face à face ou au téléphone avec votre interlocuteur ! Votre CV doit être le reflet de vos compétences, mais aussi le reflet de qui vous voulez être : gardez cet objectif en tête quand vous sélectionnerez le contenu que vous voulez y faire figurer.

On lit souvent qu’il faut donner un titre à son CV : « graphiste illustrateur », « développeur front-end »... Vous pouvez vous astreindre à cet exercice, surtout si le poste que vous visez est précis. Si vous êtes un couteau suisse, l’exercice peut se révéler intéressant, voire créatif.

Ciblez votre lettre de motivation

N’en faites pas trop, mais un minimum est requis : qu’elle soit manuelle ou (de plus en plus souvent) numérique, indiquez l’adresse de l’entreprise et le nom de votre contact.
Faites en sorte d’adapter le contenu de votre lettre à l’entreprise et au poste visé et évitez à tout prix la lettre générique, sans personnalité ni détails spécifiques. Faites une petite recherche sur votre cible et utilisez les résultats pour personnaliser votre courrier.

Détail important : la lettre de motivation vous permet de vous présenter mais également de mettre votre candidature en regard avec l’image et la stratégie de l’entreprise : n’oubliez surtout pas d’en faire mention. Expliquez pourquoi vous êtes LE ou LA candidate parfaite pour le poste visé, ou pourquoi votre énergie et vos traits humains conviendront parfaitement aux valeurs de l’entreprise tout en complétant le panel de ses compétences.

Expérience professionnelle : faites le tri !

Rien de plus difficile que de faire preuve d’une expérience que l’on n’a pas. Si vous n’avez que votre expérience de pizzaïolo dans un centre de vacances ou de prof de maths pour votre petit voisin, retournez la situation et mettez en valeur les compétences que vous avez acquis plutôt que les jobs en eux-mêmes. Autonomie, respect de l’autre, endurance, patience...

Et si vous n’avez vraiment aucune expérience à citer ? Allez-y à l’humour ou au culot ! Présentez plutôt les qualités dont vous savez faire preuve. Vous vous êtes sûrement impliqués dans une association ou un projet bénévole ce qui en dit long sur vous, n’oubliez donc pas de le mentionner.

Un CV 5 étoiles

Depuis quelques années, les candidats issus de l’univers du numérique ont la fâcheuse tendance à auto-évaluer leurs compétences à l’aide d’une matrice absurde selon moi : ils listent des logiciels ou des langages de programmation, et attribuent une note ou un nombre d’étoiles à chacun. Puisque c’est une auto-évaluation, cette matrice est relative au candidat, à ses compétences et à l’idée qu’il se fait d’un niveau « maximum ». Elle ne veut donc rien dire pour le recruteur.

Deux bonnes raisons :

Déclarer que l’on maîtrise un logiciel ou un langage ne signifie pas grand-chose. Pensez plutôt à donner des exemples concrets de ce dont vous êtes capables :

Comme l’a très bien dit @Hteumeuleu à Sudweb, « Les étoiles, c’est au ski qu’on les obtient ».
Focalisez-vous sur les valeurs et les forces qui feront de vous un excellent élément d’équipe, pas simplement un étalage de compétences logicielles. Les recruteurs sont bien plus intéressés par ce que vous pouvez faire à l’aide des outils que de votre réelle maîtrise de ceux-ci.

Aarron Walter, fondateur de Mailchimp, le dit bien mieux que nous :

When you hire, look for skill fit, but don’t make it your primary evaluation criteria. Look for passion, curiosity, personality fit, selflessness, openness, confidence, communication skills, emotional intelligence, and intrinsic motivation. These things can’t be taught, but skills can.

(Recrutez parmi les candidats dont les compétences correspondent à votre besoin mais n’en faites pas le critère principal. Choisissez ceux qui font montre de passion et de curiosité, dont la personnalité est compatible avec l’équipe, qui sont altruistes et ouverts, sûrs d’eux-mêmes, qui communiquent facilement, savent lire interpréter et réagir aux émotions, et qui sont intrinsèquement motivés. À la différence des compétences techniques, aucune de ces qualités ne peut s’apprendre.)

Soignez votre orthographe !

Au vu du manque de soin apporté aujourd’hui aux emails, courriers, tweets et statuts Facebook, je ne saurais trop insister sur ce point. Si certains recruteurs toléreront quelques coquilles, d’autres ne garderont votre CV dans leurs mains que le temps d’en faire un avion, direction la corbeille.

Vous n’êtes pas à l’aise en orthographe ? Faites le nécessaire mais soyez transparents : vous n’aurez pas une grammaire irréprochable en une nuit, sollicitez donc quelqu’un pour relire votre candidature. Je me souviens d’un candidat qui peinait à l’oral en anglais alors que sa lettre de motivation était très bien rédigée. On pourrait penser que le décalage l’aurait pénalisé mais Markus et moi avons apprécié le fait qu’il ait su solliciter de l’aide dans son entourage pour soigner sa candidature, quitte à avouer que son niveau réel était bien moins bon, et à nous exprimer sa motivation à progresser. Ce n’était pas un mensonge du moment qu’il était transparent sur ce point, et cela traduit un trait que nous apprécions.

Where is Brian ?

Quand il s’agit d’auto-évaluer sa maîtrise d’une langue étrangère, on trouve toujours les classiques « lu, écrit, parlé » qui ne veulent pas dire grand-chose. Quand un nouveau membre rejoint notre équipe il est souvent appelé à faire un point honnête sur son niveau. Mieux vaut être sûr de soi avant de rejoindre une réunion d’architecture d’information entièrement en anglais avec deux anglophones natifs dont un originaire de Cambridge... Pour éviter toute mauvaise surprise mieux vaut exprimer clairement quel niveau vous avez !

Grâce au conseil d’un ami, j’ai mis la main sur une matrice d’évaluation très judicieuse, mise à disposition par Europass : le Passeport de Langues.

Ce Passeport vous propose d’évaluer votre maîtrise d’une langue étrangère grâce à une grille d’auto-évaluation très bien faite. Au lieu du simple « maîtrise de l’anglais parlé » vous pouvez définir votre niveau avec une granularité bien plus parlante pour votre futur recruteur parmi les choix suivants :

  • A1 - Je peux utiliser des expressions et des phrases simples pour décrire mon lieu d’habitation et les gens que je connais.
  • A2 - Je peux utiliser une série de phrases ou d’expressions pour décrire en termes simples ma famille et d’autres gens, mes conditions de vie, ma formation et mon activité professionnelle actuelle ou récente.
  • B1 - Je peux articuler des expressions de manière simple afin de raconter des expériences et des événements, mes rêves, mes espoirs ou mes buts. Je peux brièvement donner les raisons et explications de mes opinions ou projets. Je peux raconter une histoire ou l’intrigue d’un livre ou d’un film et exprimer mes réactions.
  • B2 - Je peux m’exprimer de façon claire et détaillée sur une grande gamme de sujets relatifs à mes centres d’intérêt. Je peux développer un point de vue sur un sujet d’actualité et expliquer les avantages et les inconvénients de différentes possibilités.
  • C1 - Je peux présenter des descriptions claires et détaillées de sujets complexes, en intégrant des thèmes qui leur sont liés, en développant certains points et en terminant mon intervention de façon appropriée.
  • C2 - Je peux présenter une description ou une argumentation claire et fluide dans un style adapté au contexte, construire une présentation de façon logique et aider mon auditeur à remarquer et à se rappeler les points importants.

Vous pouvez réaliser votre passeport de langues Europass en ligne ou télécharger un modèle pour le créer depuis votre ordinateur. Vous remarquerez peut-être que cette méthode d’auto-évaluation ressemble trait pour trait à celle que je vous proposais plus haut, pour juger de vos compétences :)

T’as le look, CV

Le Curriculum Vitae en France est codifié, pour ne pas dire très strict.
Une tolérance s’applique cependant aux métiers créatifs ou peu communs. Je n’ai pas de réel conseil à donner aux candidats ciblant les métiers du Web si ce n’est de s’adapter à leur objectif et au poste visé.

En effet, si vous souhaitez mettre en avant votre créativité ou obtenir un poste très concurrentiel, un CV décalé fera peut-être la différence. Si en revanche l’employeur que vous visez est plutôt connu pour son professionnalisme que pour son grain de folie adaptez votre CV comme vous l’avez fait avec votre lettre de motivation.

Les petits détails

Enfin, n’oubliez pas ces quelques conseils en vrac, pour bien fignoler votre candidature :

Et si, malgré vos efforts démesurés, votre candidature ne décroche rien, ne perdez pas espoir car il existe des millions d’entreprises toutes différentes les unes des autres. Pourquoi ne pas postuler chez nous d’ailleurs ?

Recruteurs et candidats, faites-moi part de vos conseils dans les commentaires. Pour ma part, je vais m’installer confortablement devant ma boite e-mail, un bon thé à la main, et attendre patiemment les prochaines candidatures qui me seront adressées... *rire machiavélique*

Merci Liza pour les illustrations.

Ce billet est classé dans .

Partager sur Twitter

Commentaires

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Vous êtes sur le blog de ThinkInnovation

Nous créons des solutions qui satisfont nos clients et partenaires.

Nous avons une vraie philosophie : « Care, Connect, Crystallize ».

Retrouvez nous sur Twitter !